image d'arrière plan

Microcrédit

Le microcrédit consiste à prêter de petites sommes à des personnes en situation de fragilité financière, ayant des difficultés d’accès au crédit bancaire classique, et à les accompagner pour leur permettre de réaliser un projet d’insertion économique ou sociale.

POURQUOI EN PARLE-T-ON ? 

C'est un instrument de lutte contre l'exclusion, né dans les pays en développement

La paternité du microcrédit est attribuée à Muhammad Yunus, économiste et fondateur de la Grameen Bank (1976) au Bangladesh. Ce concept s’est ensuite largement répandu dans le monde et a permis à des millions de femmes et d’hommes de réaliser leur projet, de montant souvent modeste mais suffisant pour les aider à devenir autonomes financièrement. En 2006, le prix Nobel de la Paix a été décerné à Muhammad Yunus et à la Grameen Bank pour « avoir favorisé le développement économique et social de populations pauvres ».

En France, le microcrédit a pris naissance et s'est développé au cours des années 1980 (microcrédit professionnel). Il a été étendu en 2005 au financement de projets d'insertion sociale ou professionnelle (microcrédit personnel).

QUELQUES CHIFFRES

MONDE (2016)                                                                                             FRANCE (2017)

EN FRANCE, COMMENT CELA FONCTIONNE ?

Le microcrédit permet de financer des projets d’insertion socio-économique 

Le plus souvent, il s’agit d’un microcrédit professionnel : création, reprise ou développement d’une petite entreprise, essentiellement dans le secteur tertiaire (hôtellerie-restauration…). Le microcrédit professionnel permet de démarrer ou de reprendre une activité, ou d’acquérir des équipements.
Le microcrédit personnel finance des projets d’insertion socio-professionnelle : mobilité, employabilité, formation, accès au logement,…
L’intervention convergente d’acteurs publics, associatifs et bancaires est une spécificité du modèle français de microcrédit. Qu’il soit personnel ou professionnel, le microcrédit repose sur l’accompagnement des emprunteurs, ce qui contribue fortement à sécuriser les projets financés. Le microcrédit bénéficie en outre d’un mécanisme de garanties publiques mises en oeuvre notamment par le Fonds de cohésion sociale.

L’impact économique et social du microcrédit est élevé par rapport aux montants prêtés

Des études ont permis d’évaluer l’impact du microcrédit pour ses bénéficiaires en France.
Elles mettent en évidence les effets positifs du microcrédit professionnel, y compris en termes de développement économique territorial. La pérennité des entreprises ainsi créées est généralement supérieure à la moyenne et leurs perspectives sont meilleures.
L'utilité du microcrédit personnel est également largement reconnue. Il a notamment, dans la grande majorité des cas, des impacts positifs directs (par exemple sur l’employabilité, les conditions de logement ou la santé, selon l’objet du financement) et indirects (sur la situation budgétaire, l’insertion bancaire ou encore sur l’estime de soi).

LA BANQUE DE FRANCE ET LE MICROCRÉDIT

La Banque de France agit en faveur du microcrédit et favorise l’inclusion bancaire et financière. Elle décerne deux prix du « microcrédit accompagné » pour valoriser des parcours emblématiques et organise en régions les Rencontres du microcrédit. Elle mène également des actions de sensibilisation des prescripteurs de microcrédit, d’information des bénéficiaires potentiels ou d’orientation des micro-entrepreneurs vers les associations de microfinance. En 2018, elle consacrera 5 millions d’euros à la garantie de microcrédits. Le soutien au microcrédit s’inscrit dans la stratégie de responsabilité sociale de la Banque de France.

POUR ALLER PLUS LOIN

Télécharger la version PDF du document

publication
Mot de l'actu Microcrédit
  • Publié le 27/08/2017
  • FR
  • PDF (739.16 Ko)
Télécharger (FR)

Mis à jour le : 29/11/2018 16:54